Cancun

Alors que Wikileaks déchaîne les passions, la conférence de Cancun se fait oublier des médias. Pourtant, avec l’approche de la fin du protocole de Kyoto, cette conférence est importante pour redonner crédibilité à l’ONU après l’échec de Copenhague et trouver des solutions pour l’après Kyoto. Les négociations ont débuté il y a une semaine et demain les ministres de l’Environnement des Etats participants vont s’y joindre.

Cancun est d’ailleurs très critiqué pour la non-présence des chefs d’Etats, mais, la responsable Climat des Nations Unies, Christiana Figueres, se défend en stipulant que la conférence n’est pas un sommet de chef d’Etats, contrairement à Copenhague. Quoi qu’il en soit le pessimisme reste de rigueur, d’autant plus que très vite le Japon a annoncé qu’il ne signerait pas de nouvelle période d’engagement. C’est la première fois que le Japon s’exprime de manière aussi claire et insistante. Pour le Japon, un nouvel accord sans la signature des Etats-Unis et l’engagement de la Chine, les deux principaux polleurs n’a aucun intérêt. Beaucoup s’inquiètent des retombées sur d’autres pays tels que la Russie et le Canada qui pourraient suivre le Japon.

En revanche, le mécanisme REDD (réduction des émissions dues à la déforestation) pourrait aboutir, notamment grâce au mécanisme qui “amène les pas qui abritent de précieuses forêts tropicales, comme le Brésil, l’Indonésie ou les pays du Bassin du Congo, à éviter de les couper et à les protéger, en leur versant des compensations financières. Cependant, les populations autochtones s’inquiètent pour leur avenir car elles sont absentes du mécanisme. Pourtant, beaucoup d’entre elles vivent dans ces forêts et ont une connaissance que nous n’avons pas. Elles craignent qu’on leur impose des choix contraires à leurs intérêts tels que monoculture, interdiction de chasse voire expulsion de leurs habitats. Très présentes à Cancun où elles manifestent tous les jours, elles ne peuvent malheureusement pas participer au véritable débat qui se déroule  lui à huis clos. Cependant, elles militent pour introduire une clause de sauvegarde au REDD afin d’imposer “le consentement libre, préalable et informé” des communautés autochtones de la mise en place des mesures. Elles souhaitent aussi intégrer la déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones au mécanisme.

Note positive, le Brésil a annoncé qu’il respecterait ses engagements et la déforestation aurait déjà beaucoup baissé depuis 2004 au Brésil! Mais, Lula se dit très pessimiste quand à l’issue de la conférence et critique le manque de financement des pays riches pour la lutte contre la déforestation. Plus que quatre jours…

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s